CM pe Google+

Connexion

Primeste ultimile noutati

Introduceti adresa email:

Delivré par FeedBurner

Ultimile comentarii

Evaluare utilizator: 0 / 5

Steluță inactivăSteluță inactivăSteluță inactivăSteluță inactivăSteluță inactivă

Paul Goma

Câteva gânduri pentru Paul Goma

Exact cu o săptămână în urmă am reuşit să susţin teza de master la Université de Provence. Subiectul care l-am avut se pretează unui studiu bogat și complex, vizând Jurnalele lui Paul Goma, cele cuprinse între anii 1997-2006. Cu ocazia aniversării a 74 de ani a autorului, îi urez la mulţi ani!
Paul Goma, scriitorul român, născut in satul Mana judetul Orhei (Basarabia, România)  la 2 octombrie 1935, trăiește exilat la Paris împreună cu familia sa de la 20 noiembrie 1977.
Dar deschiderea spre Franţa, în particular, și spre Occident, în general, se realizează mult mai degrabă, prin publicarea traducerilor romanelor sale : Ostinato, publicat la Gallimard în 1971, în traducere franceză – La cellule des libérables, expus în traducere germană la Târgul de Carte din Frankfurt în același an ; în 1972 scriitorul face o călătorie prin Europa, la Paris cunoscând pe ceilalți exilați români : Eugen Ionesco, Mircea Eliade, Emil Cioran, Monica Lovinescu, Virgil Ierunca ; tot în acest an o alta carte va fi expusa la Frankfurt – Ușa..., care va fi publicată doi ani mai târziu la Gallimard, în 1974. Aceeași editură va publica în 1976 un al treilea roman tradus în franceză – Gherla.
Așadar, Paul Goma debutează prin romane şi scrierile sale povestesc de fiecare dată un episod de viaţă, având astfel de la început un caracter autobiografic. Cu timpul, scriitorul va abandona acest gen de expresie literară, dedicându-se jurnalului. Acesta apare ca o altă etapă de creație, constituind o operă unică şi complexă.

Rodica Dragan, Université Aix-Marseille I, Franta

 

[Fragment de teză]


Jeux avec les mots

Pour l'auteur des Journaux, Paul Goma, l'écriture n'est pas seulement un espace de mnémnose et de témoignage. Le plus souvent, ce sont des souvenirs et des constats durs et rudes à faire. Heureusement, l'écrivain ne manque pas d'optimisme, la preuve étant que son écriture a un côté ludique. Il aime jouer avec les mots et manipuler son langage. Pour lui, les mots sont de la matière première qui, après, peut se transformer et prendre des formes inattendues. L'auteur se dégage de toute contrainte lexicale ou grammaticale. Ainsi, un mot peut être modelé, comme la terre cuite, dans des dizaines de formes.

Un ouvrage inédit parmi ses autres livres, Alfabecedar[1], est construit par cette technique de création, devenant ainsi un pôle concentrant toutes ses habiletés de langue. Il est à remarquer que le titre même du livre est un jeu de mots, c'est l'agglutination des mots Alfabet [Alphabet] et Abecedar [Abécédaire]. Le livre est publié à Bucarest, en 2004. Il contient en péritexte la notice « variantă mult-mult-mult scurtată » [Variante très-très-très raccourcie], une première « édition » (de 1994) étant plus longue avec approximativement vingt mille mots. Ici, les guillemets du mot édition s'expliquent par sa singularité. C'est une édition dactylographiée par l'auteur lui-même et offerte au petit cercle de ses amis et collaborateurs. Dans la Mise en garde du livre, Paul Goma prévient son lecteur que : « Autorul Alfabecedarului va fi mulţumit să afle că a mia parte din totalul celor în jur de 33.000 de cuvinte noi (derivate din 896 cuvinte-vechi) va fi găsită acceptabilă ; de ce nu : înveselitoare. »[2] [L'auteur de l'Abécédaire sera content de savoir que la millième partie du total des quelques 33.000 mots nouveaux (dérivés de 896 vieux-mots) sera acceptable ; pourquoi pas : amusante.]

Une particularité importante des Journaux de Paul Goma et de son œuvre en général est la difficulté ou presque l'impossibilité de traduire certaines de ses formules de style, ce qui lui donne toute sa spécificité. L'auteur transforme les mots, leur ajoutant des suffixes inhabituels, modifiant les noms propres en noms communs du point de vue fonctionnel, amalgamant plusieurs mots en un seul. C'est là où l'auteur devient un créateur et qu'il joue avec les mots. C'est là où l'auteur reste, à la base, roumain, en métamorphosant sa langue et en profitant de sa malléabilité. Et l'écrivain en a conscience. À partir d'un dérivé populaire du mot télévision – « tembelizor », l'auteur fait la remarque : « termen la care voi fi pus şi eu umărul, dacă nu cumva îl inventasem. »[3] [Traduction : terme auquel j'aurais apporté ma contribution, si je ne l'avais pas inventé]. Le mot « tembelizor » est issu de l'union de deux mots : la racine du mot d'origine turque tembel [indifférent, niais, idiot] et la racine du mot televizor [télévision], sous la forme -izor (sans la lettre de début de syllabe v). Ces deux mots ont un noyau commun, les deux voyelles -te-, (pour le mot tembel – en racine, pour le mot televizor – en préfixe), ce qui a favorisé ce jeu. Cette re-création du mot lui a donné une double signification. Il dénomme à la fois l'objet, la télévision, et la particularité de l'objet – le fait de le regarder niaisement, sans implication et sans réfléchir. [...]

_______________________________________________________________________________________

[1]Paul Goma, Alfabecedar, Bucarest, Edition Victor Frunză, 2004, 338 p.

[2]Ibid., p. 5.

[3]Id., Jurnal 2003, p. 320.


Rodica Dragan pentru CM


Share

Comentariile au fost inchise pentru acest articol

Comentarii

0 # Violeta 02-10-2009 12:06
La Multi Ani si ginduri realizate :!: