CM pe Google+

Connexion

Primeste ultimile noutati

Introduceti adresa email:

Delivré par FeedBurner

Ultimile comentarii

Evaluare utilizator: 0 / 5

Steluță inactivăSteluță inactivăSteluță inactivăSteluță inactivăSteluță inactivă

 

Gouvernement et opposition se sont mis d'accord au terme d'une journée de violentes manifestations pour dénoncer le résultat des législatives, remportées par les communistes.

Manifestants à Chisinau, en Moldavie (Sipa)

Manifestants à Chisinau, en Moldavie (Sipa)

Le gouvernement et l'opposition se sont mis d'accord mardi 7 avril en Moldavie pour procéder à un recompte des voix aux législatives, après une journée de violentes manifestations contre la victoire des communistes à ce scrutin organisé dimanche.
Plus tôt, des opposants étaient parvenus à pénétrer dans les bâtiments de la présidence et du Parlement. La police avait tenté de les repousser avec des canons à eau et des grenades lacrymogènes, sans succès. Certains étaient ensuite ressortis avec des meubles qu'ils ont brûlés dans la rue.
Les manifestants ont aussi jeté des pierres contre le bâtiment de la présidence, brisant des vitres. Plus de 30 personnes, civils et policiers, ont été blessés au cours des affrontements à Chisinau, la capitale du pays.
Des heurts avaient éclaté dans la matinée dans les rues de Chisinau alors qu'une manifestation dégénérait.

Législatives contestées



Les opposants contestent les résultats des élections législatives de dimanche. Le Parti communiste moldave, pro-européen, y a remporté une victoire écrasante qui lui assure la majorité absolue au Parlement. Avec 49,96% des voix (sur 98% des bulletins dépouillés), les communistes devaient obtenir 61 des 101 sièges, selon la Commission électorale.
L'opposition avait en conséquence appelé à la poursuite des manifestations jusqu'à ce que de nouvelles élections législatives soient organisées.
Le diplomate en chef de l'Union Européenne, Javier Solana, s'est dit "très inquiet" des affrontements en Moldavie et a appelé "toutes les parties à ne pas céder à la violence".

Elire le nouveau président


Au pouvoir depuis 2001, le Parti communiste de Moldavie (PCM) a progressé de quatre points par rapport aux législatives de 2005. S'il obtient bien 61 sièges après l'achèvement du dépouillement, il serait assuré de la majorité des trois cinquièmes requise pour élire le nouveau président, entre le 8 avril et le 8 juin.
Loin derrière, en deuxième position, arrive le Parti libéral (12,78%), suivi du Parti libéral-démocrate (12,26%) et de Notre Moldavie (9,82%). Ces trois formations de droite, elles aussi pro-européennes, se répartiraient les 40 sièges restants.
Les autres partis n'ont pas franchi le seuil de 6% pour entrer à l'Assemblée du pays le plus pauvre d'Europe. Le taux de participation est de 59,49%.

Région sécessionniste


Selon l'Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), les élections se sont déroulées dans des conditions globalement conformes aux normes internationales. L'organisation a cependant relevé un incident dans un village que se disputent la Moldavie et la région sécessionniste de Transdniestrie, où les législatives n'ont pas été organisées.
La Transdniestrie a proclamé son indépendance après la chute de l'URSS mais n'est reconnue par aucun Etat.
 
SOURCE: NOUVELOBS.COM
Share

Comentariile au fost inchise pentru acest articol